Histoire du solitaire

Sur internet, les textes mentionnant l’origine du jeu de solitaire sont plutôt divergents. Certains considèrent qu’une allusion au solitaire a été faite très tôt dans la littérature française. D’ailleurs, les termes solitaire et patience ne sont ils pas français ? Un solitaire connu, la belle Lucie porte lui aussi un nom d’origine francophone. Il est également évoqué que Napoléon aurait joué au solitaire lors de son exil à Saint Hélène. Mais qu’en est il exactement ?
D’après Wikipedia, l’origine du solitaire serait plutôt germanique ou scandinave. Le premier ouvrage à faire référence au solitaire est un livre allemand Das neue Königliche L’Hombre-Spiel de 1797. On retrouve sur la page de titre des jeux connus comme le tarot, le piquet mais également le terme patience. Avant cela, aucune mention ne fut faite du solitaire ni à la patience dans des recueils de jeux de 1674: The Compleat Gamester de Charles Cotton et l’Académie universelle des Jeux de l’Abbé Bellecour.
Das neue Königliche l'Hombre-SpielThe Compleat GamesterL'Académie universelle des Jeux
La légende voudrait que Napoléon ait été un fervent joueur de solitaire lors de son exil sur l’île de Saint Hélène. Cette légende entraînera même l’attribution de son nom à des variantes de solitaire qui s’apparentent aux quarante voleurs: Napoleon at St. Helena ou Napoleon’s Square. En fait, il semblerait plutôt que Napoléon se soit adonné à des jeux comme le Piquet, le Vingt et un ou le Whist.

De nombreuses pages sur les sites web anglophones prétendent que le jeu de solitaire aurait pour origine un jeu d’origine Arabe, le Al-qirq qui se pratique avec des pions. Ce jeu aurait évolué au fur et à mesure des conquêtes et des invasions pour devenir le jeu de patience pratiqué avec un jeu de tarot. Il n y a cependant que trop peu d’écrits pour corroborer ces affirmations et les divergences entre les 2 types de jeux rendent difficile l’établissement d’une quelconque parenté.

Des traces du solitaire peuvent être retrouvées dans la littérature. C’est le cas notamment dans le livre guerre et paix de Tolstoï ou la patience est brièvement évoquée dans le premier et le deuxième tome. On en trouve également une trace dans les grandes espérances de Charles Dickens « Quand il ne dormait pas, il jouait le plus souvent à une espèce de Patience très-compliquée avec un paquet de cartes toutes déchirées« .

Des ouvrages sur le solitaire ont commencé à paraître à la fin du 19ème siècle. Lady Adelaide Cadogan est reconnue comme ayant écrit le premier livre sur les règles du solitaire ou de la patience. Le livre s’intitule « Illustrated Games of Patience« . Il fut écrit juste après la guerre civile de 1870 et comportait les règles de 25 solitaires. Cet ouvrage est même réimprimé occasionnellement. D’autres ouvrages non anglophones auraient pu également voir le jour plus tôt mais il n’y en a aucune trace. Les seuls livres mentionnant des jeux de cartes sont ceux évoqués plus haut. Les livres de Charles Cotton et celui de l’abbé Bellecour sont des références dans le domaine des jeux de cartes tout comme le livre Handbook of Games de Henry George Bohn publié en 1850 mais celui de Cadogan reste la référence dans le domaine des jeux de patience.
Illustrated Games of PatienceHandbook of Games
Après le livre de Lady Cadogan, de nombreux autres recueils sur les jeux de patience verront le jour. E.D. Chaney est la première à écrire un livre intitulé simplement Patience mais nous n’en avons pas retrouvé la trace sur internet. Ensuite, c’est Annie B. Henshaw qui écrira en 1870 un livre au titre plutôt amusant puisqu’il s’intitule « Amusements for Invalids » que l’on peut traduire par « Amusements pour les invalides ». Quelques années après à New York, en 1883, Dick et Fitzgerald publient Dick’s Games of Patience suivi par une seconde édition en 1898. Henry Jones, a écrit un livre assez intéressant sur le solitaire appelé « Patience Games ». Un autre Jones, sans lien de parenté avec Henry, Mlle Mary Whitmore Jones écrivit ensuite 5 volumes dédiés au solitaire sur une période de vingt années à partir de 1890 – Games of patience. Plusieurs autres éditeurs ont également ajouté le solitaire à leur longue liste de publications. Un des ouvrages les plus complets sur le solitaire a été écrit par Albert Morehead et Geoffrey Mott-Smith: The Complete Book of Solitaire and Patience Games. Leur édition la plus récente contient les règles de pas moins de 225 jeux du solitaire. Ce livre, publié en 1983 nous amène dans les années 80 avec l’arrivée progressive des premiers ordinateurs individuels.

 

Games of PatienceThe Complete Book of Solitaire and Patience Games
C’est en 1989 que sera créé et vendu le premier jeu vidéo de solitaire. Il a été développé par Brad Fregger et portera le nom de Solitaire Royale. Il sera commercialisé par l’éditeur de logiciel Spectrum HoloByte. Il est également à noter que ce n’est pas le seul jeu de forte notoriété développé par Brad Fregger. Ce dernier a également participé au développement de jeux de renommée internationale comme Hacker, Pitfall II et Shanghai, la première version de Mahjong solitaire. La version de son solitaire sera ensuite adaptée aux PC et aux Mac avec une version sous MS DOS. On connait la suite de l’histoire du solitaire sous windows puisque 2 de ses variantes, le Freecell et le spider solitaire seront fournis avec le système d’exploitation de Bill Gates. Si il s’agissait au départ d’habituer les utilisateurs à se servir de la sourie, l’engouement pour le solitaire est devenu tel que ce jeu a systématiquement été intégré dans toutes les dernières versions de windows. De ce fait, il a fait le tour de monde et des millions de joueurs y jouent chaque jour.
Solitaire RoyaleKlondikeFreecellSpider solitaire